vendredi 25 juillet 2008

Les bulles me montent à la tête

la grande roue

Avez-vous du temps à perdre? Aimez-vous les longues marches langoureuses et lentes? Petit conseil, tenez-vous avec Eli Bissonnette. Le pauvre bougre à la patte cassée se déplace si lentement, vous pourrez faire de nombreuses découvertes architecturales et prendre le temps de discuter tout au long du sinueux parcours. C'est ce que j'ai découvert en me rendant au cocktail d'ouverture des FrancoFolies. Ça, et j'ai aussi vu la grande roue installée sur le site.

- Me semble qu'elle tourne vite la roue.
- Dégueulis et cennes par terre aux FrancoFolies, ça promet.

Après une marche d'au moins 1h30 pour faire St-Urbain Jeanne-Mance, nous entrons à l'intérieur de l'hôtel, où nous attendent des dignitaires spectrains, journalistes et promoteurs amateurs de belles bulles et bien sûr, les stars de la scène locale. En avant-goût ou en pratique pour leur performance au Shag à minuit, Numéro# nous entertainaient de manière agréable derrière les platines, saupoudrant la piste de hits pop oubliés des années 80, en français bien sûr.

- Robotto, donne-moi un verre de vin S.V.P. Et un pour Trésor aussi.
- Tu bois pas du champagne?
- Non pas tout de suite.

Il faut dire que les 20 bouteilles de Moët et Chandon desquelles coulait le champagne étaient offertes par les FrancoFolies de Larochelle pour célébrer les 20 ans de notre festival montréalais.

J'ai retrouvé mes amis du Festival de jazz, toujours aussi coquins. On a dû avoir beaucoup de plaisir, on a quitté la place quand les lumières se sont allumées. Les gens sont partis voir le Roi poisson. Je suis de l'ascenseur au bon étage, mais pas Robotto et son ami de Tricot Machine. Je les ai perdus. J'ai contacté d'autres amis.

- Où êtes-vous?
- En face du stage à gauche
- Quel stage?
- Parc Fred Barry.
- C'est où ça?
- Euh... au coin de Ste-Catherine et Clark.
- Euh... c'est là que je suis et il n'y a pas de Roi poisson

Je sors mon programme, les bulles de champagne me rendent la vie confuse. Je ne suis même pas en mesure de trouver le stage. Où est cet osti de parc?

Et je me demande aussi comment ça se fait qu'après toutes ces années je ne sois pas capable de trouver cette scène. J'ai la larme à l'oeil, je me trouve pathétique et Trésor n'y comprend rien non plus. Comment deux êtres sensiblement brillants peuvent se perdre aux Francos? Je mets ça sur le dos du Moët et Chandon. Mais nous sommes confus.

- Excusez-moi, auriez-vous du feu?
- Vous fumez, M. Labrèche?
- Mais oui. Merci!

La fin du monde est à 22h, et Marc Labrèche qui apparait out of nowhere, comme sorti d'une boîte à surprise. L'incroyable G-love m'appelle.

- Annitou, viens nous rejoindre.
- Vous êtes où calvaire?
- À la scène blues.
- Bon, là je sais de quelle scène tu parles.

Mes repères sont désormais jazz. J'ai pas vu de shows. Et l'écran LCD de mon appareil photo a l'air d'une tache en forme de noune (il est brisé). Je ne peux plus rien ajuster, et je ne sais pas trop ce que je fais quand je clique, mais ça donne des résultats pas si pires. À minuit j'étais dans mon lit, buvant une tasse d'eau chaude pour étouffer le rouge et le blanc qui se chicanaient dans mon estomac, surement pour choisir la bonne nuance de rose. Au Shag, il paraît que c'était étouffant tellement y avait du monde. On devrait trouver une plus grande salle, y a tout le temps trop de monde.

Photos de mes retrouvailles:

retrouvailles

retrouvailles

3 commentaires:

Anonyme a dit...

Le Parc Fred-Barry c'est coin St-Urbain et maisonneuve.... ce soir Le Citoyen 19h00 et Kim Bingham 21h00

Eli a dit...

tu fais ta chochotte, mais t'aimes ça prendre des loooongues marches de touriste avec moi. ça te fait sentir homme de me protéger de la foule.

Annie pas toujours gentille a dit...

je me sens tellement branchée : regardez, je prends soin d'eli bissonnette !