dimanche 17 août 2008

Bridge Burner 2008

Ouin, check-la, la blogueuse. On sait ce qu'elle va nous dire. "Le Bridge Burner, c'était tellement plus le fun l'année dernière. Bla bla bla. C'est pu comme c'était. Bla bla bla."

Ben oui.
Que voulez-vous, je suis une nostalgique et j'aime l'instantané et l'illégalité responsable bien consommée. J'aime ça apprendre le jour même qu'il y a des DJ sous un viaduc qui font aller leur discothèque mobile à l'insu des policiers. J'aime boire une bière sur la rue. J'aime aller me baigner dans une piscine publique à 4h du matin, en sautant des clôtures barbelées.

Le saut de la clôture
Crédit photo: Hugo Larocque

Mais j'aime aussi ça les événements organisés et légaux. J'aime ça les DJ pis j'aime fêter dehors.
J'aime un peu moins les agents de sécurité qui ne servent à rien sinon à gâcher l'ambiance. J'aime moins le manque de logique. J'aime pas que les gens aient le droit de boire de l'alcool dans la rue, mais pas à l'intérieur des clôtures entourant l'événement. Voilà ce que ça donne:

22:11
Bridge Burner 2008

23:58
Bridge Burner 2008

Les gens restaient pas mal à l'extérieur, parce que le son était aussi bon, et que si tes amis sont du même côté que toi et que tu peux danser, à quoi bon aller s'enfermer dans une cage?

Ce soir, j'aime l'effet d'ouverture de valve des basses quand Ghislain Poirier prend le contrôle des sons. J'aime être dehors et j'aime écouter les gens parler.

J'aime cette histoire de cette fille qui frenche maintenant un cloune, un vrai.
J'aime cette rumeur qui veut qu'à la Saint-Jean cette année, le mini Bridge Burner ait été interrompu par la police que Sixtoo aurait appelée, pour qu'il soit ensuite accueilli à bras ouverts avec SON événement à lui.
J'aime qu'on me raconte des histoires de censure de montage photo sur les blogues.
J'aime que cette amie me raconte ses histoires de baise comme moi je raconte mes courses à l'épicerie.
J'aime le chanteur chic coiffé qui fera la catin à la télé à l'automne.

Tout ce que j'écoute est interrompu par Ghislain Poirier qui prend le micro et qui dit aux gens de ne pas se tenir sur le rail. C'est dangereux en cas de train, nous avise-t-il. Ce Ghislain, c'est un sage type.

Minuit, merci bonsoir.
Les gens vont au Coda.
On tente de rallier les troupes vers la nouvelle Taverna, sur Bellechasse. Parce que c'est drôle, nous entêtons-nous à répéter à tout le monde. Drôle, drôle. Ce l'est un peu moins quand on s'y rend et qu'on écoute cette musique de merde. Ils ont engagé un DJ de mariage?

Je rentre à pied. Et je repense à l'élégant SoCalled sur sa bicyclette. Quand je l'ai croisé plus tôt, il me faisait penser à un dessin animé.

5 commentaires:

vero.b a dit...

J'ai jamais entendu tes histoires d'épicie.

Martin a dit...

Elle nous cache des choses cette gentille Annie :P

Anonyme a dit...

C'est pas Annie qui écrit, c'est doudou

Martin a dit...

Lol ... oups alors cette hurluberlu Etttttt la boisson ... la boisson...

Annie pas toujours gentille a dit...

moi je cache tout, c'est pour ça que je ne parle plus